Intégration Sensorielle

Qu’est ce ?

L’intégration sensorielle a été élaborée par Anna Jean Ayres, ergothérapeute et docteure en psychologie du développement, dans les années 80. Prenant ses sources dans les neurosciences, c’est le processus neurologique qui organise les sensations du corps propre et des stimulations de l’environnement. Elle rend possible l’usage du corps de manière efficace et adapté dans l’environnement. Les modalités spatiales et temporelles des stimulations de différentes modalités sont interprétées, associées et unifiées. Le cerveau doit sélectionner, inhiber, comparer et associer l’information sensorielle en un patron flexible, constamment changeant.  En d’autre forme, le cerveau doit INTÉGRER.

Pour qui ?

Un enfant présentant des troubles d’intégration sensorielle peut présenter ce type de symptômes :

  • L’enfant peut être hypo ou hypersensible dans un (ou plusieurs) champ(s) sensoriel(s)

  • L’enfant peut avoir des comportements de retrait, de frustration, ou d’agressivité inhabituels

  • L’enfant peut être facilement distrait

  • L’enfant peut avoir des difficultés à s’adapter aux situations nouvelles

  • L’enfant peut se fatiguer vite

  • L’enfant peut avoir des troubles du langage

  • L’enfant peut présenter des difficultés d’alimentation

  • L’enfant peut avoir du retard dans les acquisitions motrices

  • L’enfant peut avoir des difficultés d’apprentissage

  • L’enfant peut avoir une mauvaise coordination des mouvements et un équilibre insuffisant

  • L’enfant peut avoir un niveau d’alerte exagérément haut ou inversement très bas

  • Etc…

 

Pourquoi ?

Une intégration sensorielle adaptée permet d’établir une réponse adaptée.

Ces troubles peuvent perturber les activités quotidiennes des enfants et des adolescents.

Ils peuvent être associés ou non à un trouble spécifique des apprentissages, trouble de la coordination, un trouble spécifique de l’attention, un trouble du spectre autistique …

Leur dépistage précoce permet une intervention plus efficace.

 

Comment ?

Pour illustrer, voici une vidéo d’Anna Jean Ayres en séance avec différents enfants.

Le suivi d’un enfant présentant des troubles d’intégration sensorielle débute par une évaluation.

 
L’évaluation :

Le bilan doit respecter la globalité de l’enfant. Il consistera aussi bien à la recherche des dysfonctionnements des processus sensoriels lors des activités quotidiennes (repas, habillage, toilette, relation aux autres, apprentissages …) qu’à l’évaluation du développement  moteur de l’enfant.

L’évaluation porte sur les réponses motrices et comportementales de l’enfant, sa réactivité face aux divers stimuli (modalité, intensité, durée).

L’ergothérapeute se basera alors sur 3 outils fondamentaux :

  • observations cliniques,

  • évaluations validées,

  • questionnaires.

Il pourra aussi se baser sur une vidéo prise par la famille lors d’activités quotidiennes qui mettent la famille en difficultés.

 
Accompagnement durant les séances

L’intervention s’effectue, à travers le jeu, avec un matériel thérapeutique spécifique, dans un espace adapté et sûr pour l’enfant. La rééducation a pour but d’intervenir directement sur les difficultés (troubles de modulation sensorielle) qui affectent le comportement de l’enfant et altèrent ses apprentissages au cours de son développement.

Le modèle d’intervention thérapeutique de A. Jean Ayres respecte les besoins et les particularités de chaque enfant et s’adapte à tous les enfants quelque soit son handicap.

.

  • Charlène Monnin Ergothérapeute